top of page

Les favoris des groupes

Comme le veut la tradition, désormais la saison du Championnat de France des Rallyes est lancée au Touquet. Cette 64e édition s’annonce comme un fameux millésime avec un plateau relevé et des bagarres en prévision à tous les niveaux.




RALLY2 : Premier round de la saison

« Lors de chacune des manches, il y aura au moins huit pilotes capables de se battre pour le podium », prédit Jean-Baptiste Franceschi, le pilote d’une des trois Ford Fiesta Iron Lynx. Ces voitures également alignées pour Réhane Gany et Sarah Rumeau joueront la victoire face aux Citroën C3 de Yoann Bonato dont les deux dernières victoires au Touquet remontent à 2020 et 2021, avant le double succès consécutif de Nicolas Ciamin, Léo Rossel et Anthony Fotia ainsi que les Hyundai i20 N entre les mains d’Eric Camilli et de Hugo Margaillan. Le Belge Cédric Chérain viendra semer le trouble parmi les Français qui ont un championnat à jouer. Sans oublier Eric Brunson (C3) qui compte six victoires sur la Côte d’Opale...

Cédric Robert (Alpine A110) au Touquet 2023. (c) Eric Petitdidier

RGT : Robert, Astier, Gilbert dans quel ordre ?

Cédric Robert, Raphaël Astier et Quentin Gilbert dans cet ordre en deux roues motrices et RGT au Touquet 2023 sont présents. Le premier cité voudra reprendre la suprématie dans la catégorie bouleversée en 2023 par le second qui souhaite rester sur sa lancée. Le troisième, vainqueur au Mont-Blanc 2023, a des arguments pour troubler la hiérarchie. Rarement sur la même monture d’une année à l’autre, Yann Clairay retrouve l’Alpine A110 après un premier test en 2021.

La classe GT+ verra une opposition de Nordistes, Benjamin Hanquez et Yves Saint-Requier, sur des Porsche 991.

 

RALLYNAT : Lefebvre, avec une BMW M3, l’homme à battre

Parmi les 35 engagés, figure Stéphane Lefebvre au volant de la BMW M3 A8 de Thierry Neuville, un fabuleux pari sur les routes du Pas-de-Calais gage de spectacle après la Porsche 991 GT3 Cup GT+ en 2023 (abandon, freins). Le vainqueur en 2018 (sur une DS3 WRC) qui n’a pas toujours connu la réussite au Touquet depuis, sera l’homme à battre dans le groupe. Avec sa Peugeot 205 F2-14 face aux nombreux régionaux (François Delgery, Maxime Senecat, Guy et Romain Wallon, Thomas Caron, Frédéric Cauchois...) ou voisins (Sylvain Seray, Kévin Coignard...), Ludovic Jeudy compte bien aller le taquiner. Jean-Nicolas Hot, toujours fidèle à la Subaru Impreza N17, saura se placer en embuscade. Les Béthunois Laurent Bayard et Anthony Leduc (Mitsu Evo 10 A8) ainsi que Frédéric Hubert (Mitsu Evo 9) ont de quoi donner la réplique dans le groupe et la classe (A8).


 

LE CHIFFRE

188 engagés (dont 25 Rally2, 45 au Championnat deux roues motrices et 34 au Trophée Michelin), contre 169 partants en 2023, autant (à un près, 189 partants) qu’en 2022 et quatre de moins (192 partants) qu’en 2021, année du record de participants. Cette édition constituera le troisième meilleur score acquis en quatre éditions consécutives et au moins des années 2000 à aujourd’hui. L’épreuve du Touquet Auto Club est habituée à franchir le cap des 100 participants depuis 2003.

 

RC3 : La Clio Rally3, la surprise du rallye ?

Le RC3 composée uniquement de Renault Clio Rally3 (pas homologuée au moment du Touquet 2023) emmenées par les deux derniers vainqueurs du Clio Trophy Asphalte, Benjamin Stirling et Thomas Chauffray (2e du Touquet 2023 avec une Fabia), l’espoir Béthunois Tristan Charpentier et Thomas Anacleto sera une des catégories à suivre. Les quatre motrices alliées à 260 ch peuvent les amener à s’immiscer entre la 5e et la 10e place. La voiture vient de remporter son premier scratch au National de la Vienne avec Mattéo Chatillon.

 



RC4 : Les belles occasions dans des classes

Les premières loges du groupe RC4 et de la classe Rally4 ne devraient pas échapper aux concurrents de la Stellantis Motorsport Rally Cup (26 engagés sur 60). Quatre classes comptent plus de 5 engagés. En R3, Julien Flahaut (Renault Clio R3T) remet son titre en jeu. Il trouvera face à lui, Anthony Dujardin et l’espoir normand Arthur Rebut (Renault Clio R3).

En R2, Thomas Capelli qui connaît bien la Peugeot 208, donnera du fil à retordre aux régionaux tels Mickaël Roussel et sa Renault Twingo ; Simon Salaun (18 ans), le fils de Samuel, fera ses grands débuts au volant d’une C2 R2. En F2-13 (7 engagés), Marc Delfosse (Suzuki Swift) a la cote face à une concurrence moins expérimentée tout comme Antoine Jolly (Citroën Saxo VTS) en A6 et Christian Barbosa en N3. Lui aussi sur Honda Integra Type-R, en A7, Cyrille Kerdraon est sur une série - entamée en 2014 - de trois victoires de classes sur autant de voitures différentes.




RC5 : Dix-neuf concurrents pour s’illustrer dans les autres classes que la Rally5

Les concurrents du Clio Trophy (38 engagés sur 57) vont animer les avant-postes du groupe RC5 et de la classe Rally5. Dans la classe N2 (5 engagés), Paul Chochois s’avère l’homme en forme du moment (2e à la Côte Fleurie, 1er au Marquenterre). Il trouvera sur sa route, Sébastien Lagache et sa VW Polo GTI toujours redoutable à domicile (5 victoires). Laurence Sauvage (106 XSi) et Stéphane Sauvage (106 S16) offriront un duel en F2-12. L’expérimenté Yves Bertin visera une nouvelle victoire en N1 avec son éternelle AX GTI. Depuis ses débuts en 2021 avec la Saxo VTS, Grégory Joly finit 2e ou 1er (8e fois) en N2S. Lui et Laurent Ternisien s’élanceront les derniers.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page