top of page

Le résumé spéciale par spéciale

175 partants, contre 169 en 2023, soit 6 de plus. Cette édition constitue le troisième meilleur score acquis en quatre éditions consécutives et au moins des années 2000 à aujourd’hui. L’épreuve du Touquet Auto Club est habituée à franchir le cap des cent participants depuis 2003.

 


Léo Rossel (Citroën C3) © Olivier Caenen

ETAPE 1 : vendredi 15 mars


ROSSEL FRAPPE D'ENTREE

ES1 Lebiez-Sains Les Fressin-Crequy (8,08 km)

Conditions : pluie, routes sales.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1).

Dans des conditions de routes délicates, le premier verdict de la saison tombe en faveur de Léo Rossel (C3), qui met à profit son expérience de 2023. Il relègue Hugo Margaillan qui se sent « bien » dans la i20, à 8s, soit à 1s au kilomètre. Le premier dauphin, Yoann Bonato (C3) qui raconte avoir « glissé sur 150 m » sans savoir quoi faire (aquaplaning), et Eric Camilli (i20) sont regroupés en 1s6. Avec leurs Alpine 110 RGT, forcément moins à l’aise sous cette météo avec leurs deux roues motrices que les Rally2, Cédric Robert (9e), Raphaël Astier (10e), et Quentin Gilbert (13e), qui s’est fait une frayeur, le sont en... 3s ! Le Top 5 est complété par Eric Brunson qui fête aujourd’hui ses 50 ans dont... 25 de rallye.

Classement provisoire

1. L. Rossel (C3), 4min19s3 – 2. H. Margaillan (i20), à 8s0 – 3. Y. Bonato (C3), à 8s7 – 4. E. Camilli (i20), à 9s6 – 5. E. Brunson (C3), à 10s9...

 

ROSSEL LANCE

ES2 Crequy-Rimboval-Embry-Saint-Michel sous Bois (12,36 km)

Conditions : pluie, routes sales.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1).

Léo Rossel (C3), « en confiance » confirme son envol. L’addition est identique à la précédente : le 2e qui est encore sur une i20 N mais Eric Camilli, Hugo Margaillan pointant à 10s1, avec est relégué à 8s6, 0s1 devant Yoann Bonato (C3) passé 2e au général. Eric Brunson est au contact.

Les conditions de routes ne semblent pas perturber Raphaël Astier, 6e temps et désormais 6e au général, 3s4 devant Cédric Robert.

Classements provisoires

1. L. Rossel (C3), 7min09s8 – 2. E. Camilli (i20), à 8s6 – 3. Y. Bonato (C3), à 8s7 – 4. E. Brunson, à 9s4 – 5. H. Margaillan (i20), à 10s1...

Ap ES2 : 1. L. Rossel (C3), 11min29s1 – 2. Y. Bonato (C3), à 17s4 – 3. H. Margaillan (i20), à 18s1 – 4. E. Camilli, à 18s2 – 5. E. Brunson, à 20s3...

 

ROSSEL CREVE

ES3 Humbert-Sempy-Saint Denoeux-Aix en Issart (12,17 km)

Conditions : pluie, routes sales.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1).

Yoann Bonato (C3) met fin à la série de deux meilleurs temps de Léo Rossel (C3), victime d’une crevaison à l’avant droit, 6e temps à moins de... 8s. L’écart entre les deux hommes est désormais de moins de 10s. Eric Brunson, « sur un super rythme » ce matin, pointe sa C3 sur le podium de l’ES et à 4s1 de Hugo Margaillan au cumul. Sur ce parcours, le peloton des poursuivants en i20 N est emmené par Cédric Cherain. Le Belge remonte à la 6e place au détriment de Raphaël Astier (A110), qui doit gérer les aquaplanings. Au général, le champion deux roues motrices 2023 a pris une légère distance (7s2) avec Cédric Robert.

Quentin Gilbert a dû s’arrêter pour laisser passer un troupeau de chevreuils.

En raison de la sortie d’Olivier Ural, la spéciale est interrompue.

Stéphane Lefebvre et Thomas Chauffray, amis dans la vie, ne garderont pas un grand souvenir de cette édition. La mécanique de la BMW M3 se montre capricieuse pour le vainqueur de l’édition 2018. Le dauphin de celle de 2023 est sorti de la route avec sa Renault Clio Rally3.

Classements provisoires

1. Y. Bonato (C3), 6min37s6 – 2. H. Margaillan (i20), à 1s0 – 3. E. Brunson (C3), 2s9 – 4. C. Cherain (i20), à 4s4 – 5. E. Camilli (i20), à 5s3...

Ap ES3 : 1. L. Rossel, 18min14s3 – 2. Y. Bonato, à 9s8 – 3. H. Margaillan, à 11s5 – 4. E. Brunson, à 15s6 – 5. E. Camilli, à 15s9...

 

A noter

Stellantis Motorsport Rally Cup

Le meilleur temps de l’ES1 est signé par Julien Casale (Peugeot 208) qui s’était révélé sur Le Touquet en 2023. Il devance Pablo Sarrazin et Lucas Darmezin. Dans la suivante, il perd 41s8 et laisse les commandes à Valentin Ascenzi (Opel Corsa) qui précède Yohan Surroca (208) venu se mêler à la lutte. Pablo Sarrazin est le seul à conserver sa place sur le podium.

Clio Trophy France

Brilant pour sa découverte du Rallye Le Touquet en 2023, Arthur Pelamourgues a pris la tête du peloton des Clio Rally5. Dans l’ES1, il précède de 2s4 l’Avesnois Andrea Pelini, 18 ans et deuxième rallye, et de 3s6, Maxence Potard. Auteur du meilleur temps dans l’ES2, Julien Deslauriers lui succède pour 2s6. Yoan Corberand occupe la 3e place. Pelini (12e) et Potard concèdent du temps et sont éjectés du Top 10. Le Valenciennois Robin Mercier, pour son cinquième rallye, pointe 6e et Paul Dachicourt, 8e.

VHC et VHRS

Après les modernes, les véhicules historiques de compétition (au nombre de 31) et de régularité sportive (23), les uns à la suite des autres, partent à l'assaut de quatre spéciales de cette première journée.

 

 

ROSSEL DEVANT, BONATO, MARGAILLAN ET CAMILLI A LA LUTTE

ES4 Camiers-Frencq-Longvilliers (11,96 km)

Conditions : vent, routes sales.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1).

Après un parc de dédicaces à Sainte-Cécile, les hostilités ont repris sur un parcours bien connu des concurrents et balayé par le vent.

Eric Camilli (i20) se montre le plus rapide (à plus de 120 km/h) face aux C3 de Léo Rossel et de Yoann Bonato perturbé par des spectateurs mal placés. Le pilote PH Sport by Minerva Oil préserve l’état de ses pneus (crevaison auparavant) et une dizaine de secondes d’avance sur Bonato et les i20 de Hugo Margaillan et d’Eric Camilli regroupés en 4s9. Le quatrième mousquetaire Eric Brunson (C3) a concédé un peu de temps dans la spéciale (au général, à 9s4 du 4e) en raison de l’absence de l’aileron depuis le départ de l’ES3. Anthony Fotia (C3) en a profité pour s’immiscer dans le Top 5 pour la première fois et revenir sur les talons de Raphaël Astier (A110) qui a repris la 6e place à Cédric Cherain (i20), 11e temps. Dans le match des deux roues motrices, Cédric Robert et Quentin Gilbert sont séparés par 1s3.

Classements provisoires

1. E. Camilli (i20), 5min41s0 - 2. L. Rossel (C3), à 0s9 – 3. Y. Bonato (C3), à 1s2 – 4. H. Margaillan, à 1s8 – 5. A. Fotia, à 7s2...

Ap ES4 : 1. L. Rossel, 23min56s2 – 2. Y. Bonato, à 10s1 – 3. H. Margaillan, à 12s4 – 4. E. Camilli, à 15s0 5. E. Brunson, à 24s4...

 

Le point

Stellantis Motorsport Rally Cup

Les joutes ont débuté tout feu tout flamme. Julien Casale fut le premier à se mettre en évidence. Yohan Surroca (2e après ES2) a suivi. Auteur de trois meilleurs temps consécutif (tous sauf ES1 signé Julien Casale), Valentin Ascenzi s’est constitué un pactole de 17s5 d’avance sur Pablo Sarrazin, 2e durant trois ES (3e après ES2). Nazim Bangui occupe la 3e place pur 0s3 devant Quentin Vialatte (18 ans). Pour une première sur 208, Arthur Roché se fait remarquer. Il va lui falloir contenir Lucas Darmezin en pleine remontée.

Clio Trophy France

La saison a été entamée également tambour battant. De nombreux protagonistes différents ont figuré dans le Top 5. Julien Deslauriers a signé deux meilleurs temps consécutifs (ES2 et 3) et accentué son avance en tête. Yoan Corberand s’est lancé à sa poursuite (à 9s5). Arthur Pelamourgues qui a concédé 24s7 dans l’ES3, est à 26s6. Samuel Lay (à 38s5) sent la menace de Jean-Claude Pietri (à 4s3) et de Paul Dachicourt (à 9s6), auteur de son premier meilleur temps (ES4). Le local précède Robin Mercier talonné par Nicolas Hébrard (à 2s8). Les places dans le Top 10 sont convoitées...

 

Le point à l’issue de la première boucle

Podiums dans les classements annexes, après l’ES4

Championnat deux roues motrices & Trophée Michelin Premium : 1. Astier – 2. Robert, à 7s5 – 3. Gilbert, à 8s8

Trophée Michelin Rally2 : 1. Camilli – 2. Brunson, à 9s4 – 3. Franceschi, à 37s8

Trophée Michelin Amateurs : 1. Jeudy – 2. Capelli, à 5s3 – 3. Garet, à 11s2

Championnat féminin : 1. Rumeau – 2. Olea, à 4min49s0 – 3. Courtin, à 5min40s3

 

Quelques infos des pilotes locaux

Une masse coupant le moteur de la BMW M3 a ralenti Stéphane Lefebvre. La solution ayant été trouvée, le Nordiste poursuit sa course avec l’idée de faire le spectacle.

Tom Vanson (Peugeot 208 Rally4) a heurté un talus. La confiance dans la voiture a été entamée.

Maxence Dupont (Opel Corsa Rally4) a été victime d'une crevaison dans l'ES1.

Après un 2e temps dans l’ES1, Andrea Pelini (Renault Clio Rally5) a commis un tout droit dans l’ES2.

 

ROSSEL IMPOSE SON RYTHME

ES5 Lebiez-Sains Les Fressins-Crequy (8,08 km)

Conditions : routes sales.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1), idem première boucle.

Cette spéciale réussit à Léo Rossel qui signe à nouveau le meilleur temps, 4s8 devant Yoann Bonato et à la C3 qui se distingue avec un triplé complété par Eric Brunson qui revient à 8s4 du 3e, Hugo Margaillan, 6e temps. Le camp des i20 a perdu Eric Camilli, victime d’une sortie de route. Raphaël Astier (A110) entre dans le Top 5, 2s5 devant Anthony Fotia (C3) talonné par Cédric Cherain (i20), à 2s4, et Jean-Baptiste Franceschi (Fiesta), à 2s5, qui remonte. Cédric Robert (A110) a tapé à l’avant et chuté 12e.

Classements provisoires

1. L. Rossel (C3), 4min22s9 – 2. Y. Bonato (C3), à 4s8- 3. E. Brunson (C3), à 5s7 – 4. J.-B. Franceschi (Fiesta), à 6s3 – 5. A. Fotia (C3), à 7s1...

Ap ES5 : 1. L. Rossel, 28min19s1 – 2. Y. Bonato, à 14s9 – 3. H. Margaillan, à 21s7 – 4. E. Brunson, à 30s1 – 5. R. Astier, à 52s4...

 

SPECIALE NEUTRALISEE

ES6 Crequy-Rimboval-Embry-Saint-Michel sous Bois (12,36 km)

Spéciale neutralisée en raison de spectateurs mal placés.

Départ de l’ES7 à 17h26 (10min de plus par rapport à l’horaire initial)

 

ROSSEL ACCENTUE SON AVANCE

ES7 Humbert-Sempy-Saint Denoeux-Aix en Issart (12,17 km)

Conditions : routes pommadées.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1), idem première boucle.

« La voiture me donne énormément de confiance, je me sens à l’aise sur ces routes », déclare Léo Rossel, auteur de son quatrième meilleur temps qui lui permet de placer Yoann Bonato à 19s8. Dans cette ES, l’écart entre les deux hommes est similaire à celui de la précédente. Le podium est 100 % C3 dans l’ES et au général : Eric Brunson passe pour 1s, Hugo Margaillan (i20). La dernière place du Top 5 est occupée par Anthony Fotia qui doit surveiller Jean-Baptiste Franceschi (touchette sur le routier) à 4s5, Raphaël Astier (A110), à 5s2 qui a pris le dessus sur Cédric Cherain (i20) pour 2s1. Quentin Gilbert, 6e temps et à 8s4, se mêle à eux. Il a en ligne de mire le deux roues motrices (à 3s3). Eric Mauffrey clôt le Top 10.

Classements provisoires

1. L. Rossel (C3), 6min31s7 – 2. Y. Bonato (C3), à 4s9 - 3. E. Brunson (C3), à 11s3 – 4. A. Fotia, à 13s8 – 5. J.-B. Franceschi (Fiesta), à 14s1...

Ap ES7 : 1. L. Rossel, 34min50s8 – 2. Y. Bonato, à 19s8 – 3. E. Brunson, à 41s4 – 4. H. Margaillan, à 42s4 – 5. A. Fotia, à 1min08s7...

 

Quelques infos

Hugo Margaillan a connu des soucis de freins dans l'ES7.

Réhane Gany est retardé par des soucis de boîte de vitesses.

 

Le point

Stellantis Motorsport Rally Cup

Dans l’ES5, Pablo Sarrazin (208) signe son premier meilleur temps et subtilise 2s5 à Valentin Ascenzi (Corsa), leader avec 15s d’avance. Quentin Vialatte étonne toujours pour son deuxième rallye à 18 ans : il grimpe sur le podium au détriment de Nazim Bangui. Les écarts entre le Réunionnais et Arthur Roché (5s9) et entre ce dernier et Lucas Darmezin (5s7) sont similaires : autour de 6s.

Clio Trophy France

Dans l’ES5, Julien Deslauriers augmente son avance de 2s1 sur Yoan Corberand. Arthur Pelamourgues grappille quelques dixièmes de secondes. Jean-Claude Pietri revient à 2s5 de Samuel Lay, 4e. Nicolas Hébrard a dans le viseur Paul Dachicourt après avoir pris le dessus sur Robin Mercier.

VHC

Les véhicules historiques de compétition en ont fini avec cette première journée. Sur ses terres, toute la journée, Arnaud Choquet a pris le dessus sur Pol Lietaer. L’écart entre la Ford Escort Gr4 et l’Opel Ascona 400 en mal de motricité est de 21s4. Bertrand Métivier (Ford Escort RS 1600) s’est mêlé à eux jusqu’à son retrait dans l’ES3. Sur la dernière marche du podium, François Guillemin occupe une place fragile : Christophe Berteloot (Porsche 911 SC) est à 4s8. David Hugla (Mitsu Lancer 2000) doit surveiller l’autre Porsche de Carl Denglos (à 14s7).

Dans les Groupes AN/BJ/NJ, Raynald Hautot (Ford Sierra Cosworth) mène les débats face à Jean-Louis De Roeck (BMW M3). La troisième place est convoitée par Christophe Fusillier (R5 GT), Christophe Bricout (Porsche 911) et Olivier Breittmayer (M3), dans cet ordre et séparés par 10s1.

Dans le Groupe Classic, les BMW sont à la lutte : Victorien Heuninck (325i), pour son premier rallye en VHC, possède 28s2 d’avance sur Franck Radet (M3).

VHRS

A 82 ans, Jean Lemaitre (Lancia Delta HF) est en lice pour conserver son titre au Touquet. Il mène devant un accrocheur Christian Bos (Citroën CX). Alexis Boulain (Alfa Romeo GTV 2000) occupe la 3e place visée par Anthony Delattre (Peugeot 205 GTI).

 

ROSSEL A LA MAINMISE

ES8 Camiers-Frencq-Longvilliers (11,96 km)

Conditions : routes pommadées.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1), idem première boucle.

La dernière spéciale d’une journée digne du Touquet confirme la mainmise de Léo Rossel. Son cinquième meilleur temps relègue à 5s5 supplémentaire, Yoann Bonato, désormais à 26s3. Dans cette ES, Eric Brunson s’intercale entre les deux pour 0s4 et complète le podium 100 % C3. Quatre auraient pu figurer dans le Top 5 où figure Hugo Margaillan ralenti par des soucis de freins en deuxième partie de boucle. Anthony Fotia a fait les frais de la remontée de Jean-Baptiste Franceschi (Fiesta, 4e temps).

Raphaël Astier et Quentin Gilbert ont débuté la journée avec 3s d’écart, Cédric Robert ayant pris du retard dans une touchette. L’Ardéchois et le Vosgien, à l’aise dans ces conditions, la finissent à l’identique ! Entre les deux, se glisse Cédric Cherain (i20). Eric Mauffrey (Fabia), régulier, clôt le Top 10.

Classements provisoires

1. L. Rossel (C3), 5min52s8 – 2. E. Brunson, à 5s1 – 3. Y. Bonato (C3), à 5s5 - 4. J.-B. Franceschi (Fiesta), à 8s3 – 5. C. Cherain (i20), à 10s6...

Ap ES8 : 1. L. Rossel, 40min43s6 – 2. Y. Bonato, à 26s3 – 3. E. Brunson, à 46s5 – 4. H. Margaillan, à 56s7 – 5. J.-B. Franceschi, à 1min21s5...

 

****

 


Yoann Bonato (Citroën C3) © Olivier Caenen

ETAPE 2 : samedi 16 mars


ROSSEL DE BON MATIN

ES9 Lépine-Roussent-Boisjean-Wailly Beaucamp (13,94 km)

Conditions : temps sec, routes sales avec du grip par endroits.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1) sauf Astier et Cherain en pneus slicks super tendres cuttés.

Sans sortir « la grosse attaque » de son propre aveu, Léo Rossel (C3) démontre qu’il est le patron de ce rallye. Il repousse à 8s8 supplémentaires Yoann Bonato (+ 35s1). Hugo Margaillan (i20) profite d’un tout droit dans un champ d’Eric Brunson (C3) pour reprendre la 3e place avec 7s3 d’avance. Le recordman des victoires au Touquet va devoir surveiller dans ses rétroviseurs, Anthony Fotia, qui, auteur de son premier 2e temps dans le championnat, pointe à 17s8. L’Azuréen emmène toujours un peloton composé de Raphaël Astier (A110), Jean-Baptiste Franceschi (Fiesta), Cédric Cherain (i20) sans oublier Quentin Gilbert (A110), regroupés en moins de 20 secondes.

Classements provisoires

1. L. Rossel (C3), 6min56s3 – 2. A. Fotia (C3), à 5s2 – 3. H. Margaillan  (i20), à 6s5 – 4. Y. Bonato (C3), à 8s8 – 5. R. Astier, à 9s8...

Ap ES9 : 1. L. Rossel, 47min39s9 – 2. Y. Bonato, à 35s1 – 3. H. Margaillan, à 1min03s2 – 4. E. Brunson, à 1min10s5 – 5. A. Fotia, à 1min28s3...

 

Le chiffre

159 partants dont 18 nouveau départ (abandon la veille et réparation effectuée, le concurrent repart) lors de cette deuxième étape.

 

A noter

Après Eric Brunson hier, Hugo Margaillan et Stéphane Lefebvre fêtent ce jour leurs anniversaires.

 

Le point

Stellantis Motorsport Rally Cup

Pour gérer sa position de leader, Valentin Ascenzi a choisi l’attaque. Il signe un nouveau meilleur temps malgré une faute à l’arrivée. Son dauphin et équipier chez Rallye Jeunes, Quentin Vialatte a heurté un ballot de paille qui a endommagé le radiateur et l’a contraint à l’abandon après l’arrivée de l’ES9. Lucas Darmezin lui succède. Pablo Sarrazin (à 0s2) et Julien Casale (à 2s7) menacent Nazim Bangui pour la 3e place.

Clio Trophy France

Julien Deslauriers occupe les commandes et observe la concurrence. Arthur Pelamourgues a doublé Yoan Corberand pour la 2e place et Maxence Potard, Samuel Lay pour la 4e.

 

ROSSEL INTRAITABLE

ES10 Hucqueliers-Bimont-Preures-Inxent (22,95 km)

ES11 Beussent-Parenty (10,80 km)

Conditions : temps sec, routes sales avec du grip par endroits.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1) sauf Astier et Cherain en pneus slicks super tendres cuttés.

Ce matin, Léo Rossel a enchaîné trois meilleurs temps consécutifs. L’écart avec Yoann Bonato (3e ES10, 2e ES11) est passé de 26s3 à 44s5. La bagarre pour la 3e place a connu un rebondissement dans l’ES10 avec la crevaison de Hugo Margaillan (i20), à l’avant gauche – tout comme Eric Mauffrey (Fabia) qui a fait les sept derniers kilomètres sur la jante, et Marc Lance (C3). Eric Brunson la récupère et possède après l’ES11, 6s3 d’avance sur Anthony Fotia en confiance. Derrière les quatre C3 aux quatre premières places, Jean-Baptiste Franceschi, confronté à es coupures moteur, est collé par les i20 de Hugo Margaillan (à 5s8) et de Cédric Cherain (à 11s4).

A la fin de cette boucle, Quentin Gilbert prend les commandes du championnat deux roues motrices à Raphaël Astier, dont le choix de pneus n’a pas payé visiblement, pour 1s !

Classements provisoires

Ap ES11 : 1. L. Rossel, 1h05min36s0 – 2. Y. Bonato, à 44s5 – 3. E. Brunson, à 1min30s2 – 4. A. Fotia, à 1min36s5 – 5. J.-B. Franceschi, à 2min10s4 – 6. H. Margaillan, à 2min16s2 – 7. C. Cherain, à 2min20s8 – 8. Q. Gilbert, à 2min37s9 – 9. R. Astier, à 2min38s9 – 10. L. Giroux, à 4min04s4...


Le point

Stellantis Motorsport Rally Cup

La course pour le pdoium est loin d’être figée. Valentin Ascenzi maintient sa position de leader, mais son avance sur Lucas Darmezin, désormais 2e, a diminué de plus de la moitié par rapport à hier soir (de 40s7 à 17s1). Après sa touchette hier soir sans conséquence, Pablo Sarrazin avait promis de revenir sur le podium, c’est chose faite, avec... 0s3 d’avance sur Julien Casale, en pleine remontada. Nazim Bangui en fait les frais. La 6e place occupée actuellement par Tom Vanson est convoitée par au moins cinq pilotes se tenant en 30s.

Clio Trophy France

La réussite fuit décidément Julien Deslauriers. Alors solide leader, il a été contraint à l’abandon dans l’ES10 où Maxence Potard, en pleine remontée, a vu son élan stoppé lui aussi (mécanique). Arthur Pelamourgues, offensif ce matin, retrouve les commandes avec 31s5 d’avance sur Yoan Corberand. Derrière, c’est toujours aussi animé depuis le retrait de Samuel Lay : Jean-Claude Pietri s’installe sur la troisième marche et Lucas Zielinski, meilleur temps dans l’ES11, à la 4e place. Pour la 5e, Andrea Pelini devra faire face à Nicolas Hébrard (à 2s3).


Le point à mi-étape

Podiums dans les classements annexes, après l’ES11

Championnat deux roues motrices & Trophée Michelin Premium : 1. Gilbert – 2. Astier, à 1s – 3. Robert, à 2min06s0

Trophée Michelin Rally2 : 1. Brunson – 2. Franceschi, à 40s2 – 3. Gilbert, à 1min07s7

Trophée Michelin Amateurs : 1. Vincent – 2. Garet, à 29s2 – 3. Seray, à 1min48s6

Championnat féminin : 1. Rumeau...

Régionaux : 1. Lance – 2. Vanson, à 5min47s4 – 3. Schulz, à 6min11s5


VHC

Dans l’ES9, Paul Lietaer s’est fâché. Le pilote de l’Opel Ascona 400 a repris 19s1 à Arnaud Choquet (Ford Escort). L’écart entre les deux hommes à la lutte pour la victoire est désormais de 2s3. François Guillemin, installé à la 3e place malgré une pénalité de 10s, doit surveiller David Hugla (Mitsu 2000 T) et Carl Denglos (Porsche 911 SC) à moins de 40s.

La puissance de l’Opel Ascona 400 de Paul Lietaer prévaut sur ses routes relativement sèches. Il relègue Arnaud Choquet (Ford Escort) à 18s8 dans l’ES10 et 21s1 dans l’ES11. L’écart entre les deux est de 18s8. Carl Denglos (Porsche 911 SC) a pris le dessus sur David Hugla (Mitsu 2000 T).

 

ROSSEL ET LES AUTRES

ES12 Lepine-Roussent-Bois Jean-Wailly Beucamps (13,94 km)

Conditions : temps sec, routes s’asséchant.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1) pour Rossel, Fotia et Margaillan, Gilbert, Astier et Robert, slicks tendres pour Bonato (+ 2 MW1) et Franceschi, super tendres pour Brunson, Gany et Rouillard.

Léo Rossel (C3) améliore de 6s2 son chrono du premier passage et signe son quatrième meilleur temps de la journée. Yoann Bonato concède 2s1 supplémentaires (+ 46s6), 0s5 devant Anthony Fotia bien parti pour offrir un final haletant avec la 3e place en jeu face à Eric Brunson. La 4e oppose Jean-Baptiste Franceschi (Fiesta), Hugo Margaillan et Cédric Cherain (i20) séparés par 16s1.

En deux roues motrices et en A110, Raphaël Astier reprend l’avantage sur Quentin Gilbert pour 0s6.

Classements provisoires

1. L. Rossel (C3), 6min50s1 – 2. Y. Bonato (C3), à 2s1 – 3. A. Fotia (C3), à 2s6 – 4. E. Brunson (C3), à 4s7 – 5. J.-B. Franceschi (Fiesta), à 6s1...

Ap ES12 : 1. L. Rossel, 1h12min26s1 – 2. Y. Bonato, à 46s6 – 3. E. Brunson, à 1min34s9 – 4. A. Fotia, à 1min39s1 – 5. J.-B. Franceschi, à 2min16s5...

 

Le point

Stellantis Motorsport Rally Cup

Valentin Ascenzi et Lucas Darmezin font jeu égal (ou presque, 0s9 d’écart en faveur du second) dans l’ES12. Pour la 3e place, Pablo Sarrazin « double » son avance sur Julien Casale : de 0s3 à... 0s6 ! Nicolas Rouillard, 3e temps, convoite clairement la 6e place de Tom Vanson (1s9 d’écart). Nazim Bangui peut voir venir.

Clio Trophy France

Le podium semble acquis : Arthur Pelamourgues précède Yoann Corberand et Jean-Claude Pietri. L’écart entre chacun dépasse les 30s.

VHRS

Les VHRS en ont terminé de cette 6e édition comprenant huit zones de régularité. Jean Lemaitre (Lancia Delta HF) conserve son titre. Accrocheur, Christian Bos (Citroën CX 2.5 GTI), malgré un changement de stratégie, n’a pu l’inquiéter plus amplement. Alexis Boulain (Alfa Romeo GTV 2000) complète le podium. Au pied, Philippe Aparicio (VW Golf GTI) précède d’un point Anthony Delattre (Peugeot 205 GTI).

 

BONATO SIGNE LE SCRATCH

ES13 Hucqueliers-Bimont-Preures-Inxent (22,95 km)

Conditions : temps sec, routes s’asséchant.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1) pour Rossel, Fotia et Margaillan, Gilbert, Astier et Robert, slicks tendres pour Bonato (+ 2 MW1) et Franceschi, super tendres pour Brunson, Gany et Rouillard.

Le choix des pneus slicks de Yoann Bonato (C3) s’avère payant dans la plus longue ES du rallye. Il met fin à la série de quatre meilleurs temps de Léo Rossel pointé à 11s5. L’écart entre les deux est désormais de 35s1. Il reste 10,8 km chronométrés à parcourir. Ils départageront pour la 3e place, les C3 d’Eric Brunson (3e temps) d’Anthony Fotia (2e temps) séparées par 2s4, et Jean-Baptiste Franceschi (Sa Fiesta concède 20s9) des i20 de Hugo Margaillan (+7s7) et Cédric Cherain (à 2s9 de Margaillan) qui se tiennent en 10s6. Le match des A110 en deux roues motrices tourne en faveur de Raphaël Astier (5e temps), Quentin Gilbert perd 2min49s8 (crevaison à l’avant gauche). Réhane Gany (Fiesta) effectue deux tout droits.

Classements provisoires

1. Y. Bonato (C3), 11min51s0 – 2. A. Fotia (C3), à 2s5 – 3. E. Brunson (C3), à 4s3 – 4. L. Rossel, à 11s5 – 5. R. Astier (A110), à 14s5...

Ap ES13 : 1. L. Rossel, 1h24min28s6 – 2. Y. Bonato, à 35s1 – 3. E. Brunson, à 1min27s7 – 4. A. Fotia, à 1min30s1 – 5. J.-B. Franceschi, à 2min25s9...

 

ROSSEL S’IMPOSE

ES14 Beussent-Parenty (10,80 km)

Conditions : temps sec, routes s’asséchant.

Choix de pneus : pluie (Michelin MW1) pour Rossel, Fotia et Margaillan, Gilbert, Astier et Robert, slicks tendres pour Bonato (+ 2 MW1) et Franceschi, super tendres pour Brunson, Gany et Rouillard.

Pour cette entrée du Championnat de France des Rallyes 2024, disputée sur les routes ultra piégeuses autour du Touquet, rien ni personne n'a pu arrêter Léo Rossel. Pas même des souches d'arbustes dans la troisième spéciale, sur lesquelles il a terminé un énorme sous-virage, y subissant juste une crevaison à l'avant droit de sa Citroën C3 Rally2.

 


 

LE BILAN DU 64e RALLYE LE TOUQUET-PAS DE CALAIS

En dehors de cette ultime péripétie, qui aurait pu mal finir, le cadet des Rossel n'a jamais été inquiété, même lorsqu'il commença à gérer au début de la deuxième étape. De 10''1 au terme de la première boucle vendredi, l'écart passa à 26''3 le soir, puis 44''5 après la première boucle samedi matin. Pour s'établir à au final à 32''7 après un dernier choix de pneumatiques osé, des « pluie » sur une chaussée enfin sèche sous le soleil revenu au-dessus du Pas-de-Calais.


Sortie de Camilli, crevaison de Margaillan

Léo Rossel s'offre ainsi son premier succès en Championnat de France des rallyes. Une victoire large (9 victoires de spéciales contre deux à Bonato et une à Camilli et Fotia) qui en appelle sans doute d'autres... Derrière lui, le quintuple champion de France, Yoann Bonato - aux prises avec quelques menus soucis sur sa C3 Rally2 - a distancé progressivement les autres prétendants au podium. Notamment Eric Camilli (Hyundai i20 N Rally2), auteur d'un meilleur temps dans l'ES4 (à 126,3 km/h de moyenne !) mais qui sortit de la route dès le chrono suivant en essayant de mettre ses essuie-glaces avant un virage fatidique.


Brunson sur le podium pour son 18e Touquet

Il faut dire que la journée de vendredi a été copieusement arrosée. Pour preuve, Eric Brunson, 18e Touquet dont six victoires, déclarait n'avoir jamais vu des conditions aussi dantesques. Le Normand a d'ailleurs été l'une des belles surprises de ce rallye, installant sa C3 Rally2 en troisième position dès l'ES7 aux dépends d'Hugo Margaillan (i20 N Rally2).

Il résista jusqu'au bout au retour d'Anthony Fotia, de plus en plus à l'aise au fil de l'épreuve avec sa C3 Rally2 (deuxième de la journée de samedi). Les deux hommes, à près d'une minute et demie du vainqueur, ne sont séparés que de 1''6 au final.

Débuts mitigés, en revanche, pour les Ford Fiesta Rally2 Iron Lynx et Iron Dames du Sarrazin Motorsport. Si Réhane Gany et Sarah Rumeau sont en apprentissage, on attendait mieux de Jean-Baptiste Franceschi, auteur de quelques bons chronos mais trop irrégulier. Il termine cependant cinquième, mais à 2'30''5 de Rossel, 4''8 devant Hugo Margaillan, victime d'une crevaison à quatre spéciales du but.


Astier vainqueur en deux roues motrices

Du côté des Alpine aussi tout s'est joué sur des crevaisons ou des sorties, pour Cédric Robert tout d'abord (finalement 10e) et Quentin Gilbert (13e). C'est Raphaël Astier, le champion de France deux roues motrices 2023, qui rafle finalement la mise, en huitième position.

Dans un peu plus d'un mois, le rallye Rhône-Charbonnières, dans des conditions sans doute plus classiques, permettra de se faire une meilleure idée des forces en présence. Toujours est-il que Léo Rossel part très fort en cette saison 2024. (Lequipe.fr)

 

Les podiums

Championnat : 1. Léo Rossel, 1h29min42s9 – 2. Y. Bonato, à 32s7 – 3. E. Brunson, à 1min22s9 (tous sur C3)

Championnat deux roues motrices  & Trophée Michelin Premium : 1. R. Astier, 1h32min47s2 – 2. C. Robert, à 2min04s3 – 3. Q. Gilbert, à 2min18s1 (tous sur A110)

Trophée Michelin : 1. E. Brunson, 1h31min05s8 – 2. J.-B. Franceschi, à 1min07s6 – 3. R. Astier, à 1min41s4

Trophée Michelin Rally2 : 1. E. Brunson, 1h31min05s8 – 2. J.-B. Franceschi, à 1min07s6 – 3. L. Giroux, à 3min13s6

Trophée Michelin Amateurs : 1. G. Vincent, 1h45min01s8 – 2. S. Seray, à 2min19s0 – 3. J.-N. Hot, à 3min59s8

Trophée GT2i : 1. S. Seray, 1h47min20s8 – 2. J.-N. Hot, à 1min40s8 – 3. J. Lesage, à 6min03s9

Trophée Igol : 1. E. Mauffrey, 1h35min08s2 – 2. P. Rouillard, à 1min24s9 – 3. M. Bourgeois, à 4min56s7

Pilotes régionaux : 1. M. Lance, 1h34min58s1 – 2. T. Vanson, à 7min13s3 – 3. B. Schulz, à 7min42s5

Stellantis Motorsport Rally Cup : 1. V. Ascenzi, 1h39min48s0 – 2. L. Darmezin, à 18s5 – 3. J. Casale, à 36s0

Clio Trophy : 1. A. Pelamourgues, 1h43min39s4 – 2. Y. Corberand, à 35s6 – 3. J.-Cl. Pietri, à 1min19s5

Féminin : 1. S. Rumeau, 1h36min58s7 – 2. E. Courtin, à 25min52s9 – 3. K. Marcq, à 34min39s6

 

VHC

LIETAER IMPITOYABLE

En délicatesse sur les routes grasses vendredi, Paul Lietaer s’est rattrapé dimanche par temps sec en exploitant les qualités de son Opel Ascona 400. Il a inversé la tendance face à Arnaud Choquet et sa Ford Escort et creusé l’écart. Le Belge accroche enfin Le Touquet Paris Plage à son imposant palmarès. François Guillemin (Opel Kadett GTE) a campé rapidement sur la troisième marche du podium es Groupes 1 à 5 observant Carl Denglos (Porsche 911 SC) en découdre pour la 4e place avec David Hugla (Mitsu Lancer 2000 T). Marc Decanter (VW Golf GTI) précède Antoine (Alpine A310) et Jean-Lucien (Lancia Fulvia) Marque. Dans le Groupe AJ/BJ/NJ, Jean-Louis De Roeck a pris le dessus sur Raynald Hautot, leader de l’étape 1 avec sa Ford Sierra Cosworth encadrée sur le podium par les BMW M3 dont celle de Christophe Merlevede. Pour une première apparition, Victorien Heuninck (BMW 325i) s’impose largement en Classic devant Edouard Proffit (Ford Escort RS 1600) et Alain Lopes (Opel Kadett GTE).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page